Ayant à la base une idée plus vieille, le Palais du Parlement a été bâti pendant la présidence de Nicolae Ceausescu, dans une période qui se confrontait à de grandes difficultés économiques. D'une part la tendance du dictateur était de concentrer tous les organismes centraux de l'État dans un seul bâtiment, et de l'autre part, Ceausescu voulait une habitation sure du point de vue sismique, qui aurait résisté à une éventuelle attaque nucléaire également.

       Du point de vue architectural, le Palais du Parlement est l'un des bâtiments les plus controversés de Roumanie: Anca Petrescu1 l'identifiait au Palais Buckingham de Londres et au Château de Versailles en France, et les architectes de l'époque avec "le petit Pyongyang", ayant un style éclectique, riche en éléments contradictoires2.

        Dans la vision d'Anca Petrescu3, le bâtiment est divisé en 3 sections principales: la première - la zone des salles principales, des galeries et des cabinets; la deuxième section - la zone des bureaux; la troisième section - belvédère, à trois salles sur chaque étage.

       Le bâtiment a une surface brute de 365 000 m2 et il occupe dans le Guinness Book des records du monde la 1ère place au chapitre des bâtiments administratifs (à usage civil) et la 3ème place du point de vue du volume; il est le plus lourd et le plus cher bâtiment du monde4.

        Les autres dimensions du bâtiment sont: longueur  – 270 m, largeur – 245 m, hauteur – 84 m (en dessus du niveau du sol), profondeur 16 m (en dessous du niveau du sol), surface construite au sol – 73.615 m2.

       Le bâtiment a été construit presque entièrement avec des matériaux roumains, parmi lesquels on mentionne: 1.000.000 m3 de marbre, 550.000 tonnes de ciment, 700.000 tonnes d'acier, 2.000.000 tonnes de sable, 1.000 tonnes de basalte, 900.000 m3 de bois de différentes essences, 3.500 tonnes de cristal, 200.000 m3 de verre, 2800 lustres, 220.000 m2 de tapis, 3.500 m2 de cuir.

       L'ensemble du bâtiment est le résultat de l'effort de plus de 100.000 personnes, avec presque 20.000 travailleurs travaillant en trois postes 24 heures par jour, pendant les périodes de pointe. De même, entre 1984 et 1990, 12.000 soldats ont également participé à la construction.

            Suite à la campagne d'urbanisation, peu après le tremblement de terre de 19775, et grâce à son amitié avec Kim Il-sung, le dirigeant nord-coréen, Ceausescu a lancé son projet de faire bâtir un nouveau centre politique et administratif, dans la région de la colline Uranus, la haute partie de la corniche de Dambovita confirmée par les experts comme étant sans danger pour la construction de bâtiments monumentaux.

     Depuis 1980, on a démoli une surface représentant une cinquième de Bucarest (4,5 km de long et de 2 km de large), l'équivalent de quelques arrondissements de Paris ou de la surface de Venise6.

        Malgré le fait que le projet initial avait 80.000 m2, la Maison du Peuple a une surface brute 5 fois plus grande. 

       20 églises ont été détruites, 8 ont été transférées, 10.000 maisons ont été démolies et plus de 57.000 familles ont été évacuées. On a démoli: la Monastère Vacaresti, la Colline sacrée de l'histoire de Bucarest du temps de Mihai Voda, l'Hôpital Brancovenesc, le premier institut médico-légal du monde, la Halle de l'Union, l'Opérette de la Place du Sénat, l'Arsenal de l'Armée et le Musée Militaire Central.

      Comme les époux Ceausescu ne comprenaient pas les plans architecturaux, on construisait des maquettes en polystyrène à l'échelle 1/1000 de l'entière ville de Bucarest, avec des rues, des marchés, des bâtiments, des maisons et des monuments, représentés en relief et avec certains détails. En dessous de cette maquette il y avait un pont roulant sur lequel les époux Ceausescu marchaient et donnaient des indications. La maquette était modifiée après chaque visite des deux époux (c'est-à-dire presque chaque semaine)7.

        Au moment de la Révolution de 1989, le bâtiment était achevé à 60%. Les travaux ont continué entre 1992 et 1996, mais à un rythme plus lent.

       En 1993, par une décision de la Chambre des Députés8 on a décidé de changer le siège de la Chambre du Palais de la Patriarchie à la Maison de la République. Une année plus tard, le 6 mai 1994, par une autre Décision de la Chambre des Députés, dans ce bâtiment on a fondé le Centre International Conférences.

       En 2004, à l'occasion de l'anniversaire de 140 ans depuis la création du premier Senat de la Roumanie et de la mise en place du système bicaméral dans notre pays, on a inauguré la nouvelle Salle Plénière.

       25 ans après la Révolution, le bâtiment qui était censé rendre hommage au socialisme, au communisme et au totalitarisme, est aujourd'hui le symbole de la démocratie par les institutions qu'il accueille (la Chambre des Députés, le Sénat, le Conseil législatif, la Cour Constitutionnelle).

 

1Anca Petrescu a été l'architecte en chef du bâtiment, qui, à seulement 28 ans, a gagné presque tous les concours organisés par Ceausescu pour la réalisation du bâtiment; le dr. arch. Nicolae Vladescu disait qu'elle "a remporté un concours des circonstances et non pas d'architecture";

2Gheorghe Leahu ”Bucureşti  Micul Paris” (Bucarest le Petit Paris), Régie Autonome – Journal Officiel

3Reportage pour la Fondation d'Architecture de Bruxelles et pour la Caisse Nationale des Monuments et des Sites Historiques de Paris (1990)

4World Records Academy – http://www.worldrecordacademy.com/ - consulté en avril 2015

5 le tremblement de terre du 4 mars 1977 a eu 7,2 dégrées sur l'échelle de Richter et  les pertes humaines se sont élevées à plus de 1400 personnes

6Gheorghe Leahu ”Bucureşti  Micul Paris”, Régie Autonome – Journal Officiel l'Opérette de la Place du Sénat, l'Arsenal de l'Armée et le Musée Militaire Central.

7Gheorghe Leahu ”Bucureşti  Micul Paris”, Régie Autonome – Journal Officiel

8 La Décision de la Chambre des Députes no. 31/16 mars 1993